Parcs de l'Ouest Kitulo Katavi, Rukwa, Rift Valley   Les numéros de pages insérés dans le texte renvoient au guide Tanzanie, Tanganyika, Zanzibar, 4ème édition. Les Nyakyusa (p. 103) installés sur la pointe nord du lac Nyasa, sont aussi appelés Kondé,  ils produisent des masques en écorce. Kitulo est plus une réserve forestière de montagne qu'un parc proprement dit. Dans les monts chapeautant le lac Nyasa (lac Malawi), à 2600 m d'altitude, l'occasion unique d'atteindre un milieu exceptionnel, en particulier pour sa diversité florale. On logera à Matema Beach (p. 105)... C'est tout ce que je peux vous dire pour l'instant, puisque ce parc est tout nouveau. Pour en savoir plus, allez sur le site dédié aux parcs nationaux tanzaniens. Je rêvais du "far west" tanzanien. Dans la faille du Rift où est logé le lac Rukwa (p. 238), un nouvel ensemble de parcs et réserves est en train de prendre forme. Le moins difficile de ces parcs est situé dans le district de Mpanda. Il s'agit de Katavi National Park (p. 237), où j’ai passé des moments uniques. KATAVI NP Katavi a la réputation d'être coûteux, en raison de son éloignement d'Arusha ou de Dar es Salaam, et de l'absence d'hébergement. En réalité, il est accessible à moindre frais soit par train, soit par bus ou daladala (les taxis de brousse). En 2001, j'empruntais la Central Line des chemins de fer (TRC). Les dernières nouvelles sur la Central Line laisseraient supposer qu’il n’y a plus qu’un seul  train par semaine au départ de Dar es Salaam. Entre Tabora et Mpanda, il arrive qu'un wagon se couche lentement sur la voie (affaissement du ballast, généralement sous le poids d'un wagon de marchandises trop chargé…). La remise en état de la voie peut prendre une journée (généralement le wagon couché est tiré dans le fossé), mais la vitesse du train (vitesse d'une mobylette, voire d'un solex !) est telle que le risque de dommages humains, s'il n'est pas exclu, est faible. De toute façon je choisirai toujours le train contre le bus ou le daladala, pour le confort mais aussi pour des raisons de sécurité. J'avais déjà voyagé, entre les lacs Victoria et Tanganyika, sur deux tronçons de la Central Line, mais de nuit seulement. De ce dernier voyage je garde une grande nostalgie du réveil quelque part entre Urambo et la rivière Ugalla : la forêt claire, les marais, les cultures le long de la voie, les petits marchands sur les quais, ces populations rameutées par le passage du train... Sur les forêts, et en particulier le miombo, consultez le site du cifor. A Mpanda, le palace local s'appelle City Hotel, c'est là que descendent les personnalités de passage – environ 20$ (en 2001 !) la chambre simple B&B. Se faire conduire ensuite en daladala jusqu'au Gate de Katavi (une quarantaine de kilomètres). En juin 2001 on pouvait louer un 4x4 avec chauffeur – environ un dollar/km + 10$/jour pour les services d'un ranger obligatoire + 15$/jour de droit d'entrée + divers pourboires... Le parc compte plusieurs domaines : le lac Katavi au nord-ouest, le lac Chada au sud est, et au centre, entre une vaste plaine et la forêt claire couvrant les collines (le miombo), une rivière débordant sur un étroit marécage. Notez que le parc a été récemment prolongé au sud-est du lac Chada, sur un secteur encore moins accessible. Pour un safari de trois jours, je vous recommande de commencer par le lac Chada et les plaines avoisinantes, un milieu riche en avifaune, en buffles, girafes, éléphants et en grandes antilopes. En vertu du principe qu'en safari il faut toujours aller du plus difficile au plus facile, et si les mouches tsé-tsé ne sont pas venues à bout de votre énergie, vous poursuivrez par la rivière centrale et finirez par le lac Katavi et les lambeaux de forêt proches du Gate et de la rest-house. Katavi National Park compte en principe cinq ou six campsites, certains des plus rudimentaires (wilderness campsites, p. 275), où une complète autonomie est exigée. Une rest-house sommaire dans le secteur nord. Vous pourrez effectuer des achats de nourriture (eau, fruits, biscuits, galettes et repas local) sur un marché, à deux ou trois kilomètres du Gate. A quatre personnes, voilà un safari bon marché et vraiment hors des sentiers battus, sans gêneurs, dans l'un des parcs les plus authentiques d'Afrique. Des chercheurs auraient récemment observé des becs en sabot dans les marécages. Toutefois, cette espèce ne nicherait pas à Katavi. Hébergement de luxe : Katuma Bush Lodge  Les vrais aventuriers ne s'arrêteront pas là ; ils pousseront à travers Rukwa Game Reserve jusqu'au lac du même nom – le lac Rukwa est aussi appelé le lac aux cent mille crocodiles... Mais qu'ils s'attendent à de sérieuses difficultés, même à la saison sèche, pour franchir rivières et terrains accidentés. Ils devront donc jouir d'une totale autonomie (véhicule tout terrain, équipement de camping, eau, nourriture, carburant, révulsif contre moustiques et mouches, etc.) et ils devront être aguerris à ce genre d'expéditions. Je n'ai pénétré ni dans Rukwa GR, ni dans Lukwati GR qui la prolonge à l'est (les deux constituant naguère Uwanda GR). Les Game Reserve (GR) n'ont pas le statut de parc national et sont plus difficiles d'accès à tous égards – en particulier pistes et formalités... Les dernières nouvelles que l’on ait de la région datent de 2009, elles sont données par Philip Briggs, dont je vous recommande le forum.  On voit les affaires du monde d’une façon différente, selon que l’on prend le temps de séjourner à Mpanda. Vous apprendrez comment l’Occident se barricade derrière des réglementations abscondes et l'Europe marquait à l'époque son mépris de l'Afrique – comment les “autorités” de Bruxelle mentent à l’Afrique en imposant aux exportations de miel africain des règles dont elles se fichent bien lorsqu’il s’agit d’importer du miel produit en Asie. De multiples organismes appellent à la protection du miombo (p. 24). Au Katanga, en Zambie, comme en Tanzanie ou au Mozambique. Non seulement pour des raisons écologiques (érosion, microclimat), mais aussi pour des raisons économiques : production de bois, de fourrages et de produits non ligneux – grands mammifères sauvages, chenilles, termites, fruits sauvages, champignons, produits médicinaux, etc. Le genre Jubernardia  est réputé fournir un miel de toute première qualité. En Tanzanie le miombo couvre plus de 11 M ha, soit plus d’un quart de la superficie totale des forêts tanzaniennes (en 1973, on estimait que le miombo couvrait plus de 50% de la superficie de la Tanzanie), les espèces dominantes sont : Brachystegia spiciformis, Jubernardia globifora (soit environ 80% du couvert ligneux), associées à Combretum spp  et Pterocarpus angolensis. Dalbergia melanoxylon est fréquent en bordure sèche des forêts claires. Les précipitations annuelles vont de 500 mm à plus de 1000 mm, mais sont toujours inférieures à 1500 mm. En général, les miombos de Tanzanie se présentent sur des sols ferrallitiques ou ferrugineux, qui sont relativement pauvres, mais de fertilité raisonnablement acceptable pour l’agriculture. (FAO) Autres : – Formations dites « Zanzibar-Inhambane » (Inhambane est un port méridional du Mozambique, un peu au nord de Maputo). – « Les forêts à Parinari (…) forment des peuplements tantôt fermés, tantôt très clairs, par îlots (…). Leur distribution est très fragmentée (…) » (Aubréville, rapporté par la FAO, dans ses commentaires sur le domaine zambézien). * De Mpanda je devais me rendre à Kigoma, sur le lac Tanganyika. J'ai donc remonté la Rift Valley au nord de Mpanda (route B8). Des effondrements, un paysage tourmenté, où les seules rencontres en 7 heures d'une piste chahutée, jusqu'à Uvinza, étaient deux énormes camions de tabac et… des réfugiés rwandais, burundais ou bien congolais qui poussaient des bicyclettes. Tant que la route B8 n'aura pas été réhabilitée et que l'insécurité régnera entre Mpanda et Uvinza, je ne pense pas qu'aucun daladala ni aucun bus ne s'y aventureront. L'Ambassade de France en Tanzanie situe la route B8, entre Mpanda et Uvinza, le long des camps de réfugiés, de même que la quasi intégralité de la région de Kigoma, dans une zone à risque qu'elle recommande d'éviter. Consultez le site de l'Ambassade et une carte détaillée de la Tanzanie, pour savoir où vous vous aventurez – je recommande la carte Harms IC Verlag. Il aurait été plus raisonnable de revenir sur Dar es Salaam par la Central Line empruntée à l'aller, ou bien par le sud : Sumbawanga, Mbeya. La piste Sumbawanga-Tunduma (frontière zambienne) était en bon état en juin 2001, mais comment aura-t-elle passé les saisons des pluies ? A Tunduma, attraper le Tazara (le chemin de fer Tanzanie-Zambie), direction Mbeya puis Dar es Salaam, ou bien le bus via Mbeya et Iringa. Mais on est là aux limites du raisonnable, en 2013, du moins si l’on en croit les Conseils aux voyageurs dispensés en janvier. Je pense qu’il ne faut pas se bercer d’illusions, que les routes n’ont pas été améliorées à l’ouest du pays, que leur praticabilité dépend toujours du passage aléatoire de la lamme après les pluies. Et que les voyageurs risquent d’être confrontés à des situations critiques. Uvinza : salines. Si vous cherchiez à vous perdre, vous y êtes parvenu. Et pourvu que vous buviez un peu trop, vous verrez passer l’African Queen sous le pont qui franchit le Malagarasi... Sur cette région, élargie au Burundi et au Rwanda avant la Première Guerre mondiale, on lira les intéressantes études de Jean Pierre Chrétien, dont celle-ci. Kigoma (p. 240) est la base de départ pour les parcs des chimpanzés, en particulier Gombe Stream National Park, où Jane Goodall s'est illustrée par ses travaux. Les TO français qui vous y emmènent sont rares. Par exemple, Objectif Nature (p. 254). Voyez aussi ce site. Jane Goodall Institute,  Si les enfants ont un exposé en anglais à faire sur les chimpanzés, ils peuvent pomper : c’est mastoc, détaillé, remis à jour, bref c’est riche. Croisière Lac Tanganyika, ports de Mpulungu (Zambie) et de Kasanga (une centaine de km de Sumbawanga, des km que je vous laisse découvrir). Kasanga et Kalamba Falls. Croisière sur le Tanganyika. Et pour les fondus de cichlidées (p. 240) MV Liemba, une croisière. Attention au visa ! Mais ce qui était faisable il y a trente ans pour un jeune couple de coopérants l’est-il encore ? Pour vous répondre il me manque la jeunesse. Peut-être vous arrêterez-vous à Mahale – bien que l’approche de ce parc, l’autre parc des chimpanzés, se fasse généralement par avion.     Commander "Tanzanie, Tanganyika, Zanzibar", un guide de TOUTE la Tanzanie village de pêcheurs sur le Tanganyika (© Guy-Jean Abel) Port de Kigoma (© Guy-Jean Abel) Route du Burundi (© Guy-Jean Abel) (© Guy-Jean Abel)         Chalet dans les Mbeya Range                      (V. Fantino) Le lac Tanganyika au coucher du soleil (© Guy-Jean Abel) Accueil du site Quatrième de couverture Tanzanie Informations pratiques Tanganyika Actualité Dar es Salaam Actualité Littoral Actualité parcs du Sud 1 Actualité parcs du sud 2 Actualité parcs de l'Ouest Actualité Arusha et Nord L’Economie par thèmes Une approche culturelle